in

Procès Gbagbo à la CPI : les Ivoiriens veulent la vérité

Le premier procès découlant de l’enquête de la Cour pénale internationale () en Côte d’Ivoire s’ouvrira contre l’ancien président, Laurent Gbagbo, et son collaborateur, , le 28 janvier 2016.

Un président jugé à la CPI, une première

La juge Sylvia Fernandez de Gurmendi,
La juge Sylvia Fernandez de Gurmendi, juge unique de la Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale (CPI) © ICC-CPI

Dans un communiqué transmis mercredi 27 janvier 2016 à la PANA à Dakar, la Coalition pour la CPI (CICC) a déclaré que les deux personnalités sont soupçonnées d’avoir orchestré la violence post-électorale qui a tué quelque 3 mille personnes et en a blessé des milliers en 2010.

C’est la première fois qu’un ancien chef d’Etat sera jugé devant la seule Cour pénale internationale permanente au monde. Selon le communiqué, le procureur de la CPI, , allègue que MM. Gbagbo et Blé Goudé ont créé et exécuté un plan commun pour se maintenir au pouvoir après avoir perdu l’élection présidentielle ivoirienne de 2010 en encourageant les attaques contre les partisans du président en exercice Alassane Ouattara.

Que reproche-t-on à Laurent Gbagbo et à Charles Blé Goudé

Ils sont accusés de quatre chefs de crimes contre l’humanité, y compris , viol et d’autres actes inhumains ou dans l’alternative de tentative d’ et de persécution. Les crimes en question auraient été commis dans la capitale ivoirienne, Abidjan, au cours d’une marche pro-Ouattara, à une manifestation de femmes et dans une zone densément peuplée de la ville de décembre 2010 à avril 2011.

‘ Ce procès peut aider notre pays à mettre enfin un terme à la crise en luttant contre l’impunité. Il est crucial que ce procès soit équitable, juste et impartial pour assurer que la vérité soit établie et connue par tous les Ivoiriens », a fait remarquer Ali Ouattara, président de la Coalition ivoirienne pour la CPI.

Que Gbagbo et Blé Goudé ne soient pas les seuls

Charles Blé Goudé à la CPI
Charles Blé Goudé omparaît le 20 Mars 2014, devant le juge unique de la Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale (CPI), le juge Sylvia Fernandez de Gurmendi, au siège de la CPI à (Pays-Bas).

 »Il est également important que Gbagbo et Blé Goudé ne soient pas les seuls à être tenus pour responsables des graves violations des droits de l’homme en Côte d’Ivoire. La CPI devrait enquêter et poursuivre les crimes commis par toutes les parties au conflit ivoirien pour éviter les allégations de partialité et soutenir véritablement la justice et la réconciliation dans le pays.

Plus d’efforts doivent être réalisés pour que les auteurs de crimes graves rendent compte devant les tribunaux nationaux et fournissent la réparation aux victimes. Du fait que ce procès est fortement politisé en Côte d’Ivoire, il est essentiel que le personnel de la CPI soit présent dans le pays pour communiquer des messages clés et lutter contre la désinformation pendant toute la procédure. Nous demandons instamment à la CPI, et aux Etats qui financent le tribunal d’assurer que cette situation dangereuse ne continue », a ajouté M. Ouattara.

Une affaire née d’une saisine de la CPI par la Côte d’Ivoire

William R. Pace, l’organisateur de la CCPI, a également salué le procès comme un moment très important dans la promotion de la justice internationale pour les crimes les plus graves. Il a déclaré que la question d’amener en procès d’anciens et surtout des chefs d’Etat et des ministres en service demeure extrêmement controversée, mais elle est l’un des piliers du traité de la CPI ratifié par 123 gouvernements.

 »Alors que d’autres tribunaux ad hoc ont traité avec des anciens chefs d’Etat tels que Charles Taylor et , c’est la première fois que la CPI, qui est un nouveau tribunal mondial permanent, va juger un ancien chef d’Etat pour des crimes présumés contre son propre peuple.

En raison des tentatives acharnées de déformer et de saper cette réalisation cruciale du droit humanitaire, ce procès est un rappel opportun que dans le Statut de , personne, peu importe sa station dans la vie ou dans la société n’est à l’abri de poursuites de la CPI. Il est également significatif que cette affaire est née d’une saisine de la CPI par le gouvernement de la Côte d’Ivoire. La coalition vise la ratification universelle du Statut de pour assurer que tous ceux qui commandent et commettent ces crimes peuvent être tenus pour responsables », a souligné M. Pace.

726 victimes ont demandé à participer à la procédure

Laurent Gbagbo à la CPI
Laurent Gbagbo à la CPI, le Décembre, 2011 (AP Photo/Peter Dejong, Pool)

Le communiqué a également souligné les commentaires de Fanta Doumbia, présidente de l’Organisation des femmes actives en Côte d’Ivoire.

Laurent Gbagbo est accusé d’avoir commis les crimes conjointement avec des membres de son entourage et par les membres des forces armées sous sa tutelle, ou dans l’alternative, pour avoir fait la commande, la sollicitation et l’induction de la commission des crimes. Pour Charles Blé Goudé, il est accusé d’avoir ordonné, sollicité et induit l’exécution des crimes ou dans l’alternative, pour complicité de leur commission.

La CCPI a également révélé que les opinions et préoccupations des 726 victimes qui ont demandé à participer à la procédure seront présentées tout au long du procès. Selon le Statut de Rome, le traité fondateur de la CPI, les victimes participant à la procédure peuvent recevoir des pour le préjudice subi par une personne reconnue coupable.

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bujumbura attend du sommet de l’Ua de renoncer à une force africaine « injuste » de maintien pou le Burundi (répétition)

Coupe Afrique des nations de handball: la Libye bat le Gabon (29-26)